L’Education Physique et Sportive - Lycée Renaudeau - CHOLET

Soissons 2019 - Suite et fin

par ,

Renaudeau - Grenoble (6-3)

Dernière confrontation pour les joueurs de Barnabé dans ce championnat. Au programme, l’équipe de Grenoble à battre pour finir à la 11e place.

Et c’est encore un début de match solide, les deux attaquants Guillaume et Nathan se trouvent facilement (2-0). Les choix de titulaires de Barnabé semblent judicieux une nouvelle fois. Petit relâchement par la suite, le réseau défensif recule et Léo doit s’employer pour sortir les multiples frappes de Grenoble. Mais ça rentre à deux reprises dans les cages du gardien choletais (2-2). Les remplaçants redonnent de l’intensité dans les contres. L’équipe est devant à la mi-temps.

La deuxième mi-temps est plus débridée. Grenoble ne propose pas de véritable défense. Cholet semble dominée en défense et être plus dangereux sur les contres. Les consignes sur le positionnement des deux attaquants sont bien intégrées et les occasions sont nombreuses et Renaudeau reste devant. L’équipe assure le spectacle sur la toute fin de la partie Léo relance sur le coté droit sur Guillaume, retournée acrobatique sur Ayoub, celui-ci rate la balle du 7-3 à seulement 2 secondes de la fin.

JPEG - 3.8 Mo
20190607 102220 Film3

Bilan général de la compétition

De solides bases défensives

La rigueur défensive s’est rapidement construite pour l’équipe. Menée par un capitaine et gardien de but irréprochable sur sa ligne (Léo) et un défenseur meneur rapidement en place dans la tête et sur son niveau d’engagement (Hugo), l’équipe n’a jamais pris l’eau face à des formations parfois supérieures techniquement (-3 contre Angoulème ; -2 contre Montbéliard ; -1 contre Aulnay). La qualité et la vitesse du replacement ainsi que la maîtrise technique pour éviter les fautes a été en constant progrès, la notion de mise à distance du porteur de balle s’est observée à chaque match.

Des automatismes en attaque

C’est sur cet aspect de création offensive que l’équipe a du travailler et prendre confiance au fur et à mesure des matchs. Au début de la compétition, on a pu observer de la crispation dans les prises de balle, une vitesse d’appuis un peu réduite, des appels de balle peu nombreux et pas assez longs... Les joueurs se sont progressivement lâcher pour retrouver leur niveau des championnats académiques : davantage de frappes (Hugo, Léo, Ayoub, Guillaume...), placements de plus en plus écartés (Wacim, Guillaume, Nathan, Valentin...), capacités de percussion (Léo, Valentin...). Il y a forcément encore des éléments à développer dans ce secteur de jeu pour rivaliser avec les meilleures équipes (notamment celles de la région parisienne)

JPEG - 1.2 Mo
20190606 135635 Film3 2

Une bonne capacité d’adaptation

Barnabé avait choisi deux systèmes pour ce championnat : une formation en 3-1 et une autre en 2-2. Le passage de l’un à l’autre n’a pas posé aucun problème. Le coach de Renaudeau a également opéré de nombreux changements lors des matchs. Ce turn-over constant n’a jamais déséquilibré le collectif.

Une sérénité psychologique

Les joueurs ont pu mesurer que le futsal demande une constance dans la tête. La tension psychologique est plus forte sur les deux mi-temps de 12 minutes décomptées : les situations dangereuses de tir, les fautes, les décisions d’arbitrage et les erreurs techniques sont très nombreuses. Un mental d’acier permet de maintenir un rapport de force indécis et d’user l’adversaire pour conclure sur les fins de mi-temps. Cette exigence mentale a été bien assimilée par les joueurs de Renaudeau.